Avaler le crapaud

Quelle différence ça ferait dans ta vie si tu pouvais être fier de toi, heureux de ce que tu as accompli et confiant dans l’avenir au quotidien, dès le début de la journée ?

Tu t’es déjà posé ce genre de question ?

Avant de t’en dire plus sur une clef pour te permettre de vivre ça, je te propose de jouer le jeu une minute et de faire un tout petit exercice :

Ferme simplement les yeux quelques secondes et essaye de ressentir la différence que cela ferait dans ton corps si, maintenant, tu te sentais vraiment fier de toi, heureux et confiant.
Tu peux repenser à l’un des moments de ta vie où tu t’es senti le plus fier et confiant et, tranquillement, imaginer que tu revis cette scène.

Prêt ? C’est parti !

Alors, est-ce que ça ne vaut pas la peine d’expérimenter une méthode qui contribuerait à ce que tu ressentes ça tous les jours ? 😉

Cette méthode est basée sur une métaphore simple : L’idée d’avaler un crapaud chaque jour.

Mark Twain aurait dit un jour (à une traduction approximative près) : « Si tu dois avaler un crapaud un jour, mieux vaut t’en débarrasser en tout premier dès le matin. Et si tu dois en avaler deux, mieux vaut commencer par le plus gros. »

Brian Tracy a repris l’expression dans son livre « Eat the frog » qui en fait le centre d’une méthode.
La métaphore du crapaud désigne la tâche qu’on a le plus besoin de faire pour avancer et pour laquelle on a le moins de motivation. Celle qu’on a tendance à procrastiner donc.
Du coup, « avaler le crapaud », c’est simplement faire cette tâche immédiatement plutôt que d’être avalé par elle en procrastinant jusqu’à la fin de la journée.

Et l’idée c’est que commencer sa journée en faisant l’effort de se débarrasser de la tâche la plus importante et la moins motivante, c’est l’assurance d’enchaîner ensuite avec plus d’énergie, plus de facilité et un sentiment de fierté comme compagnon pour le reste de la journée.

Des exemples ?
Passer ce coup de fil pour en savoir plus sur l’offre d’emploi que tu as vu passer et qui t’inspire mais pour laquelle tu as peur de ne pas être qualifié.
Demander à ton patron cette augmentation que tu espères depuis longtemps mais dont tu ne parles pas.
Faire enfin les slides de cette présentation ou ce webinaire dont l’approche te terrifie.
Réserver maintenant une soirée dans les 10 jours qui viennent pour t’autoriser enfin à prendre soin de toi de la manière qui t’inspire le plus, en y mettant les moyens qu’il faut.

La clef, c’est simplement de passer à l’action.
Choisir son crapaud et l’avaler sans chercher à trop y penser.
Te concentrer sur cette tâche en premier, chaque jour, jusqu’à ce qu’elle soit faite.

Tu imagines la différence que ça pourrait faire ?
En pratique, je t’invite à faire attention à 3 points en mettant cette habitude en place. Ils m’ont joué quelques tours 😉

1) Créer un cadre clair.

C’est une habitude à prendre, je te conseille donc de définir un cadre si tu ne veux pas oublier une jour sur deux.

Personnellement, j’ai un temps dans mon rituel matinal pour me demander quel est mon plus gros crapaud de la journée. Mais j’ai retiré ce temps les samedis et dimanches tout comme les jours où je décide de me reposer.
L’idée est de chercher à avaler un crapaud les journées où c’est faisable : Que ce soit challengeant mais réalisable, ça ne doit pas être une source de frustration.

Pendant longtemps, je tentais d’avaler ce crapaud après ma journée de travail salariée et il y avait beaucoup d’occasions où je n’y arrivais pas à cause de la fatigue ou des imprévus.

Maintenant, c’est la première chose que je fais le matin après mon rituel. Je dois me lever et me coucher un peu plus tôt mais c’est beaucoup plus simple, plus fluide et le sentiment de réussite m’accompagne sur la journée.

C’est aussi très important de bien définir ton crapaud, que la réussite soit mesurable. Pour ça, je te renvoie à ce qu’est un bon objectif !

2) Éviter la sur-exigence en cherchant à trop en faire dès le début.

Si tu n’as pas l’habitude d’accomplir des tâches qui te challengent un peu au quotidien, ne pars pas sur l’idée d’avaler 5 crapauds par jour en te disant que ça va changer ta vie 😉

Commence par une chose par jour qui te paraît réaliste à condition de te concentrer dessus, et fais la malgré l’inconfort. Ca suffira déjà à changer ta vie si tu ne le fais pas déjà ! Le chemin se construit pas à pas.

Une fois que tu connais bien ta capacité à abattre des tâches et le temps que ça te prends, tu peux adapter le niveau d’exigence à ce qui te permet de te sentir fier et d’avancer !

Aujourd’hui, je définis un crapaud plus 3 objectifs que j’aimerais accomplir chaque matin. Si je ne fais que le crapaud, je suis déjà satisfait, le reste c’est du bonus !
J’augmenterai peut-être bientôt légèrement la quantité puisque je ne serai plus en travail à plein temps à côté.

3) Le plus important : Prendre le temps de célébrer.

Je t’invite à voir que c’est génial dans la pratique de réussir à faire une tâche importante les jours où tu te fixes de le faire.
Mais le plus important, c’est de prendre conscience de ton avancée, de t’autoriser à être fier de toi et de ton cheminement.

Personnellement, je m’arrête dans ce que je faisais. Je prends souvent le temps de me lever, de m’étirer 30 secondes, de respirer et de sentir que j’ai terminé quelque chose d’important et de challengeant. C’est une réussite dont je peux être fier.

Ce que je vais d’ailleurs faire dès la fin de l’écriture de ce texte !

Alors après chaque crapaud avalé, prends un petit temps pour toi : C’est ton moment et ta réussite !

 

L’idée te parle ? Alors il ne te reste plus qu’à essayer !

Choisis une durée où tu veux tenter l’expérience, fixe la veille ou le matin le crapaud que tu te sens capable d’avaler et prévois un temps suffisant le matin pour pouvoir t’y consacrer !
C’est fait ? Il ne te reste plus qu’à avaler ton crapaud et à célébrer ta victoire en appréciant cette journée qui s’annonce réussie dès le matin 😉

Et si tu veux en faire une habitude, n’hésite pas à te lancer dans un défi sur 30 jours (j’en parle plus en détails dans cet article) !